Virginia Woolf Une Chambre à Soi

Virginia Woolf Une Chambre à Soi


image

La création littéraire a-t-elle été toujours accessible aux femmes ? Pour Virginia Woolf, invitée à donner une conférence sur ce thème en 1928 devant le public féminin du Newnham College, la réponse est non. Le patriarcat, ses préjugés sur "l'infériorité physique morale, intellectuelle des femmes", leur absence d'indépendance matérielle et financière pendant des millénaires, leur confinement à un statut et à des travaux domestiques, l'impossibilité pour elles de poursuivre des études universitaires jusqu'au début du XXe siècle, ont rendu impossible, selon Virginia Woolf, l'épanouissement d'une créativité littéraire féminine, malgré quelques devancières isolées au XVIIe siècle, méprisées sous le sarcasme de "bas-bleus", avant l'émergence des grandes romancières du début du XIXe siècle, Jane Austen, les soeurs Brontë, George Eliot, qui pourtant, malgré leurs dons innés, avaient écrit en se cachant, en étant confinées dans un cadre oppressant, ou en subissant l'opprobre d'une vie à peine libérée du conformisme.Telle est la thèse de V.Woolf, qu'elle illustre dans un premier chapitre plein d'humour par les interdictions successives qui lui sont faites, en tant que femme en 1928, dans un campus anonyme d'"Oxbridge" de marcher sur le gazon ou d'accéder à la bibliothèque. Elle note malicieusement les différences entre l'argent qui coule à flot à "Oxbridge" et permet de délicieuses chères, contrastant avec le malheureux ragoût suivi de pruneaux, seul menu que peut se permettre l'indigente faculté de jeunes filles de "Fernham". Quant à ses recherches à la bibliothèque du British Museum, elles ne peuvent qu'échouer, car il lui manque la méthode de travail que confèrent des études universitaires, que son sexe lui a interdites.Peut-être ignore-t-elle justement, ou alors occulte-t-elle, que de grandes poétesses ou romancières, pour ne citer que Sappho, Marie de France, Louise Labbé, Mme de la Fayette, etc, ont devancé les débuts du roman anglais classique. Elle préfère imaginer, comme exemple emblématique de la discrimination des sexes en matière de création artistique, le triste destin qu'aurait eu une soeur géniale de Shakespeare, si elle avait tenté de suivre l'itinéraire du barde de Strawford : moquée, brutalisée, violentée, elle serait morte victime de la misère et des sévices.L'ouvrage est féministe et veut inciter les femmes en ce début du XXe siècle à écrire en tant que femmes, à renverser les modes de pensées masculins, à ignorer les critiques et les jugements dépréciatifs et hostiles de leurs partenaires de l'autre sexe. Fort heureusement dans sa conclusion, Virginia Woolf se révèle surtout aussi bonne critique que grand écrivain : il serait erroné d'opposer un cerveau masculin et un autre féminin : tout créateur, selon Coleridge, est avant tout androgyne, "ce n'est que quand cette fusion a lieu, que l'esprit est pleinement fertilisé et peut faire usage de toutes ses facultés".Une défense et illustration des droits des femmes à l'indépendance matérielle ("une pièce à soi") et financière (500 livres de rente), seules conditions de leur émancipation en tant qu'écrivains, tant de philosophie ou de science que de fiction, en plus d'une leçon de lecture critique des grands auteurs.Passionné, convaincant, militant, mais aussi ironique ou parfois poétique, le texte manifeste force et habileté mais aussi révèle une grande prosatrice et un auteur aux multiples talents.Lu en V.O.

Virginia WOOLF, Une chambre à soi - Notes avis critiques

On peine à croire que cet essai a été écrit en 1929 tellement la liberté du « deuxième sexe » est restreinte et contrainte. Seul remède que Virginia Woolf propose à cet état de fait : quelques prérequis comme celui d'avoir une chambre à soi pour s'isoler, penser et travailler. (C.G.)[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. La couverture de l'édition originale d'« Une chambre à soi ». HA.com. Nul n'était plus critique que Virginia Woolf (1882-1941) envers ses propres écrits. . Extrait d'Une chambre à soi, de Virginia Woolf, 1929, traduction Clara Malraux, éditions Denoël, 1977, pages 170 et 171 Sons diffusés : Archive de Virginia Woolf, BBC 1973, sur un morceau de Max Richter, album Three worlds : music from Woolf Work , 2017

Virginia Woolf : une « chambre à soi », une chambre d

Un lieu à soi - Résumé. 1928. Virginia Woolf est invitée à donner deux conférences sur le thème « Les femmes et la fiction » au Newnham College et au Girton College (université de Cambridge, en Angleterre).. En quête d'inspiration pour alimenter ses interventions, elle se plonge dans une réflexion où, durant deux jours, elle laisse son auditoire l'accompagner dans. Virginia WOOLF, Une chambre à soi. Bibliofeel Roman classique étranger 11/05/2020 12/05/2020 6 Minutes. Edition Denoël 1997, 1992 Lu dans l'édition 10-18 de décembre 1996. Traduit de l'anglais par Clara Malraux « Ce qui compte c'est se libérer soi‐même, découvrir ses propres dimensions, refuser les entraves ».. 3L'expression « une chambre à soi » métaphorise à la fois la place qu'une femme peut, difficilement et à ses risques et périls, se tailler comme romancière sur les rayons de la National Library, et sa place de sujet féminin a priori exclu de ce cénacle. En vérité, l'enjeu est, pour Virginia Woolf, de se créer une identité garantie par ses lecteurs et un abri dans la langue . Un lieu à soi est la nouvelle traduction, faite par Marie Darrieusecq, du fameux essai de Virginia Woolf, A Room of One's own.Si cette traduction nuance légèrement le titre, précédemment traduit comme Une chambre à soi, le propos reste sensiblement le même : une longue dissertation visant à expliquer pourquoi les femmes n'écrivaient pas, ou très peu, de fiction dans les années 1930.

Une chambre à soi - Virginia Woolf - Babelio

A Room of One's Own (1929) - Publié en français sous le titre "Une chambre à soi", et sous le titre "Un lieu à soi" en 2016. Un lieu à soi rassemble une série de conférences sur le thème de la fiction et des femmes que Virginia Woolf prononça en 1928 à l'université de Cambridge.. Une chambre à soi (1929). - 6 citations - Référence citations - Citations Une chambre à soi (1929) Sélection de 6 citations et proverbes sur le thème Une chambre à soi (1929) Découvrez un dicton, une parole, un bon mot, un proverbe, une citation ou phrase Une chambre à soi (1929) issus de livres, discours ou entretiens. 6 citations. LIRE ET RELIRE Une chambre à soi de Virginia Woolf. by GLSG • mars 6, 2015. George Charles Beresford, Virginia Woolf, 1902, photographie ©National Portrait Gallery « (…) il est indispensable qu'une femme possède quelque argent et une chambre à soi si elle veut écrire une œuvre de fiction.