Philip K. Dick’s Electric Dreams

Philip K. Dick’s Electric Dreams


image

Sorti à l'occasion de dix adaptations télévisuelles pour la plateforme Amazon Video, Electric Dreams est un recueil de nouvelles de l'auteur américain Phillip K. Dick dont je pense elle est une très bonne porte d'entrée dans l'univers grandiose de l'un des pères de la science-fiction. Chaque nouvelle a le droit à une petite présentation réalisé par le scénariste ayant écrit l'adaptation pour la plateforme vidéo. Je vais alors donner mon impression sur toutes les nouvelles..Immunité (The Hood Maker) (1955) :.J'ai beaucoup aimé l'ambiance de cette nouvelle dans un monde où la pensée est constamment surveillée. Dick explore un univers futuriste, tout en gardant un regard sur notre société contemporaine, un très bon mélange entre roman noir et science-fiction s'opère. C'est aussi une bonne nouvelle pour montrer les thématiques principales de Dick comme la paranoïa, la surveillance constante, le totalitarisme. Cela pose une question essentielle chez l'auteur : est-on vraiment des êtres humains si nous n'avons plus notre propre pensée ? .La Planète impossible (The Impossible Planet) (1953) : .Nouvelle très courte et efficace. Dick va dans un monde encore plus futuriste où la terre est devenu une entité mythologique (une vieille dame veut y retourner une dernière fois avant de mourir mais on lui dit que la Terre n'a jamais existé. le commandant du vaisseau décide de manipuler la dame contre de l'argent en lui faisant croire qu'ils iront voir la Terre). Nous nous trouvons alors loin dans le temps et il est pour nous inconcevable que la Terre ne reste pas dans L Histoire. le personnage de la vieille dame avec son robot est assez touchant car nous sentons le désespoir de celle-ci lorsqu'elle pense voir la Terre. Est-ce vraiment la Terre ou non ? La chute nous l'explique subtilement et dit beaucoup de choses sur la condition de notre planète et de ce que nous en faisons. .Le Banlieusard (The Commuter) (1953) : .Nouvelle également prenante qui traite cette fois-ci de la possibilité d'un univers parallèle. Nous revenons dans notre époque actuelle donc dans les années 50. L'homme que nous suivons, le directeur d'une gare, tente d'élucider l'existence d'une ville présente sur aucune carte mais dont un homme veut un ticket de train pour s'y rendre. Nous ne savons jamais si nous sommes dans la réalité ou une autre réalité. Tout le début nous pensons que oui mais cette fin très bien amené montre que sûrement non. Il y a deux lectures possibles et les deux peuvent être admises. Nous rentrons également dans ce que Dick aime critiquer, la condition des hommes de la classe moyenne, vivant avec une femme (faisant toujours la "boniche") avec un enfant. Avec cette fin, il montre train-train que la société américaine impose à ses citoyens.. Service avant achat (Sales Pitch) (1954) : .Nous revenons dans un univers plus futuriste sur un homme poursuivi constamment par des publicités-robots qui parlent directement aux citoyens. L'homme se trouve dans les embouteillages et on le force à écouter ces publicités. Un sujet donc très actuel car le personnage fait ressentir ce poids qu'il porte et qu'il n'a pas le choix de subir cela. C'est une vraie pression sociale qui nous pèse et nous amène constamment à être dans la rapidité et en colère. Dick dit beaucoup de choses en peu de lignes. Cela se poursuit quand il rentre chez lui (où se trouve sa femme faisant la cuisine, Dick n'hésite jamais à exagérer ces traits) et un robot tente de se vendre pour forcer le couple à l'acheter. C'est assez drôle ce moment où le robot présente tout ce qu'il peut faire car ça en devient burlesque. Mais le ton devient plus désespéré quand le personnage veut tuer le robot en utilisant sa voiture pour aller vers Centaure (un lieu où les gens vivent comme dans les années 50). Un personnage donc en quête d'échappatoire et qui regrette une époque qu'il n'a pas vécue. .Reconstitution historique (Exhibit Pitch) (1954) :.Une autre nouvelle qui traite de la thématique du monde parallèle à l'instar du Banlieusard mais aussi de la nostalgie d'une époque qu'il n'a pas vécue comme la nouvelle précédente. Un homme travaille dans un musée et s'occupe de l'exposition XX° siècle (son époque se situe deux siècles après) à également comme le personnage précédent, l'envie de partir et de s'échapper de sa condition. Il rêve de vivre au XX° siècle mais cela ne plaît pas à son directeur de musée. le protagoniste trouve que son époque n'est pas libre et que les gens sont soumis au gouvernement. Pour lui ce ne sont que des moutons de la société et les citoyens ne sont pas assez comme les gens du XX° siècle. Il trouve une faille spatio-temporelle dans son exposition et cela l'emmène en plein XX° siècle. Dick joue encore avec les perceptions et les sens de ses personnages. En effet, le protagoniste ne sait plus si c'est sa vraie vie ou non celle dans l'époque où il se trouve. Jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il y avait bel et bien une faille entre deux dimensions. Il va alors vouloir revenir définitivement au XX° siècle et n'aura plus accès au siècle dans lequel il vivait. Il a pour lui une vie idyllique c'est-à-dire une belle maison, une femme, deux beaux enfants, etc. La fin laisse bouché bée et nous montre que le XX° siècle n'est pas si paradisiaque que cela et que la Guerre froide en ait une des causes. Dick fait donc encore une forte critique contre notre système contemporain et expose que nous sommes tous des produits vivant dans la chute d'un monde exclusivement dirigé par l'Etat. .Être humain c'est... (Human is) (1955) :.Une nouvelle qui fait rentrer dans une nouvelle thématique de l'écrivain celle du changement de personnalité. Une femme vit avec son mari complètement accro à son travail. Sa conjointe complètement désespérée par les réactions cruelles du mari qui est également méchant avec leur enfant, veut divorcer de lui après son voyage sur une planète pour son travail. Cependant en revenant de ce voyage, son mari a totalement changé de personnalité, il est devenu très gentil et aimable avec sa femme et son fils. Malgré le bonheur de la femme, elle voudrait savoir pourquoi son mari s'est transformé du jour au lendemain. Son frère travaillant pour l'État, trouve la solution et nous apprenons que son mari a été possédé par un extraterrestre qui a volé son apparence. C'est une oeuvre très touchante car ce changement comble la femme qui voudrait rester dans cet état. Dick a une vision très pessimiste sur l'humain, où en tout cas sur le personnage du mari car cela pose la question, si une vie existait autre part dans l'univers, serait elle plus bonne qu'un humain ? Sommes-nous trop cruels les humains alors que nous avons une chance immense de notre présence ici sur Terre ? .L'Inconnu du réverbère (The Hanging Stranger) (1953) :.Cette histoire démontre d'une nouvelle manière un monde saisi par une entité extraterrestre. Un homme découvre chez lui un homme pendu et tout son entourage lui dit que c'est normal et qu'il ne faut pas s'inquiéter. le personnage fait alors son enquête et voit que tous les humains ont été transformé par des hommes-insectes se fondant dans la masse en prenant l'apparence des habitants. C'est une oeuvre pleine de désespoir et sans issue car la fin emmène le lecteur vers une forme de boucle et démontre que tous les lieux ont été contaminé par ces monstres. .Autofab (Autofac) (1955) : .C'est sûrement la nouvelle dont j'ai eu le plus du mal à lire. J'ai eu du mal à saisir l'univers malgré mon appréciation pour les mondes post-apocalyptiques. Nous sommes dans un monde où la guerre a dévasté la Terre et des robots-machine ont construit leurs propres usines qui produisent seules les besoins des quelques humains restants. le problème est que ces machines puisent toutes les ressources aux humains et ne leur laissent aucune ressource. Une colonie va alors tenter de remédier à cela. J'ai donc eu beaucoup de mal à comprendre les notions de cette nouvelle et je n'ai pas pu rentrer en profondeur dans celle-ci. Cela est dommage car elle pose des questions encore une fois très passionnantes. Celle des machines faisant le travail des humains, une notion écologique est aussi présente et montre encore une fois que Dick apporte un apport inquiétant et essentiel pour la Terre. .Foster, vous êtes mort ! (Foster, You're dead !) (1955) : .Dick offre un récit se déroulant dans un monde contemporain qui expose la surabondance des bunkers ou abris antiatomiques dans le pays. Tout cela à cause de la guerre froide qui rend totalement paranoïaque la population. L'État profite alors de la peur de ces concitoyens pour se faire énormément d'argent sur les bunkers en sortant régulièrement des nouveaux modèles et outils pour améliorer leur "sécurité". On pense déjà alors des choses se trouvant dans notre époque actuelle avec par exemple les produits Apple sortant tous les ans le même Iphone avec peu de nouveautés dessus. Nous suivons l'histoire d'un enfant qui n'a pas abris chez lui car son père est contre ce système et a saisi la manoeuvre de l'État américain. Cependant cet enfant est malheureux et veut absolument avoir cet anti-abris. Les élèves se moquent de lui à l'école, les voisins ignorent la famille concernée, ils sont regardés de travers, etc. Cet enfant est très touchant par sa manière de vouloir parvenir à un certain bonheur pour être intégré dans les normes de la société. La suite du récit démontre que malgré l'achat du bunker, il n'y a aucune solution dans cette société où l'argent est roi et démontre la paranoïa omniprésente lors de la Guerre froide. .Le Père truqué (The Father-thing) (1954) : .Cette nouvelle confirme l'importance de l'image du père dans l'oeuvre de Dick. C'est une histoire similaire à celle de Être humain, c'est... car cette fois-ci c'est un père aimable avec sa mère et son fils qui change soudainement de personnalité. En effet, son fils voit son père parler avec quelqu'un ayant la même apparence. C'est un aspect plus horrifique et sombre que travaille l'auteur car l'oeuvre part dans une traque à la mort du faux père contre son fils. On sent que le monde est sûrement contaminé par une entité voulant saisir les corps des humains, tout comme dans L'Inconnu du réverbère. .Pour conclure, j'en retiens une très bonne lecture et surtout très enrichissante posant des questions toujours d'actualité dans notre société. Dick passe par beaucoup de temporalité et maîtrise chaque époque dont il parle. En parlant constamment des réalités alternatives, de la paranoïa, de la nostalgie d'une époque, de la contamination d'une espèce inconnue ou encore de la destruction de la Terre, il pose les fondements de nos peurs sous les traits d'une lecture divertissante et simple. Dick sait saisir également des moments de mélancolie comme les descriptions infernales de la Terre dans La planète impossible, la ville de Maçon Height dans le banlieusard ou encore les émotions diverses du petit garçon dans Foster, vous êtes mort !, prouvant ainsi que l'auteur américain sait également émouvoir son lecteur.

Electric Dreams (2017 TV series) - Wikipedia

As of November 11, 2020, Philip K. Dick's Electric Dreams has not been cancelled or renewed for a second season. Stay tuned for further updates.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Parents need to know that Philip K. Dick's Electric Dreams is an anthology show built around science fiction themes.It's based on the classic work of sci-fi writer Philip K. Dick.As is common in sci-fi anthologies, themes are often dark and upsetting: a woman who escapes her life in virtual reality fantasies, a group of telepathic people who become Earth's new underclass, a woman who wants to . Philip K Dick's Electric Dreams - Channel 4/Amazon. Philip K. Dick's Electric Dreams is an anthology sci-fi series developed by Ronald D. Moore and Michael Dinner for Channel 4 and Amazon Prime Video. Each episode of the series is based on a short story by Philip K. Dick (PKD), the legendary sci-fi writer.. Over the course of several weeks, I will review all episodes of Electric Dreams

Philip K. Dick's Electric Dreams: Season 1 - Rotten Tomatoes

Though perhaps most famous as a novelist, Philip K. Dick wrote more than one hundred short stories over the course of his career, each as mind-bending and genre-defining as his longer works. Philip K. Dick's Electric Dreams collects ten of the best. In "Autofac," Dick shows us one of the earliest examples (and warnings) in science fiction. Philip K. Dick's Electric Dreams, or simply Electric Dreams, is a science fiction television anthology series based on the works of Philip K. Dick.The series consists of ten standalone 50-minute episodes based on Dick's work, written by British and American writers.. Philip K. Dick's Electric Dreams Critics Consensus Electric Dreams ' dreamy production values and optimistic tone help make up for a lack of originality and tonal cohesion -- and save the show . View All Philip K. Dick's Electric Dreams News . About Tomatometer. A series gets an Average Tomatometer when at least 50 percent of its seasons have a score. The Average Tomatometer is the sum of

Watch Philip K. Dick's Electric Dreams - Season 1 | Prime

"Philip K. Dick's Electric Dreams" is a 10-episode science-fiction anthology series that journeys into unique worlds beyond the reach of the imagination. Based on short stories written by Dick, each stand-alone episode is inspired by a different story, adapted by a team of leading British and American writers. The all-star cast changes with each episode and includes Bryan Cranston, Steve Busce.... Titled Philip K. Dick's Electric Dreams, the series was distributed by Sony Pictures Television and premiered on Channel 4 in the United Kingdom and Amazon Video in the United States. It was written by executive producers Ronald D. Moore and Michael Dinner , with executive input from Dick's daughter Isa Dick Hackett , and stars Bryan Cranston. A recap of 'Philip K. Dick's Electric Dreams' season 1 episode 6, "Safe and Sound." One of the most sneakily offensive episodes that I've ever seen. Intelligencer