Les Animaux Malades De La Peste Analyse

Les Animaux Malades De La Peste Analyse


image

Les fables de La Fontaine, on ne dirait pas comme ça, mais c'est de la dynamite ! Prenez une langue délicieusement corrosive, des vers réjouissants, un regard féroce sur la société d'autant plus libre d'être virulent qu'il ne s'agit d'humains, mais d'animaux… Je vous le disais : tous les ingrédients d'un cocktail explosif ! Pour sublimer ce potentiel subversif, il fallait avoir l'idée de mettre en scène le texte – en l'occurrence, celui des animaux malades de la peste, dans lequel la Fontaine ironise sur la recherche de boucs émissaires et la justice à géométrie variable exercée par les puissants. Vous savez bien, cette fable dans laquelle on cherche un responsable du fléau de la peste. Si chaque animal bat sa coulpe, on ne peut pas vraiment dire que chacun soit logé à la même enseigne…Attention, les mots sont ceux de la fable d'origine ; certains sont ardus pour les jeunes lecteurs des Éditions courtes et longues, mais ils claquent et résonnent si bien qu'il aurait été un sacrilège d'y toucher. Dans cet album de grand format, Olivier Morel joue, en revanche, sur la typographie pour mettre en relief certains d'entre eux, nous donnant envie (dans le cadre de notre lecture à voix haute quotidienne) de déclamer ce texte comme un slam. Fractionné avec un ou deux vers par double-page, le texte prend tout son sens. Et surtout, l'idée géniale est de lui juxtaposer des gravures modernes qui révèle sa portée évidente pour éclairer la société d'aujourd'hui – ses dérives sociales, culturelles et surtout politiques. Comme on ne peut malheureusement pas charger de photos sur Babelio, n'hésitez pas à cliquer sur le lien vers mon blog pour visualiser quelques extraits...C'est très fort, un peu dans l'esprit de Banksy. Prenez par exemple ce cliché du conseil de crise présidé par le lion : tout y est ! La domination sûre d'elle-même des carnivores et des rapaces, leur posture de mâles dominants et leur manque de représentativité de l'ensemble de la faune dont on devine les silhouettes en arrière plan…Ou la morale de l'histoire : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », qu'Olivier Morel fait résonner tout à fait différemment…Ce n'est pas pour autant une lecture morose ! On s'émerveille de la beauté des illustrations, on rit aussi de l'audace de la démarche, mais aussi des clins d'oeil à l'histoire de l'art glissés dans l'album…Une lecture puissante et réjouissante, que nous aimons redécouvrir régulièrement et que mes garçons apprennent à apprécier différemment, au fur et à mesure qu'ils grandissent et déchiffrent le monde. Mais dites moi : comment est-il possible qu'une telle pépite n'ait fait l'objet que d'une seule chronique par ici ? Lien : https://ileauxtresors.blog/2..

Commentaire sur Les Animaux Malades de la Peste | Superprof

Lecture analytique des « Animaux malades de la Peste » de Jean de La Fontaine, Fables, VII, 1 Rappel : Une fable est un genre poétique qui date de l'Antiquité.C'est un texte en vers qui mêle le récit aux interventions directes des personnages.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Les animaux malades de la peste de La Fontaine (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche) Auteur : La Fontaine. Titre : Les animaux malades de la peste. Époque : 17 ième. Oeuvre dont est tiré le titre : Fables. Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, . anthologie poétique sur le thème des animaux-programme du bac de français 2021-commentaire littéraire les animaux malades de la peste, La Fontaine. commentaires linéaires le Rat et l'huître, les deux coqs,La fiction animalière Le Chat, la Belette et le petit lapin-dénoncer les défauts des humains ?

Lecture analytique les animaux malades de la peste jean de

Voici un commentaire linéaire de la fable « Les animaux malades de la peste » issu des Fables de Jean de La Fontaine. Les animaux malades de la peste, introduction. Jean de La Fontaine s'est toujours méfié de Louis XIV et de la Cour depuis la déchéance et l'emprisonnement de Fouquet qui était le protecteur du fabuliste [Accroche].. Nous allons étudier une fable appelée « Les animaux malades de la peste » écrit en 1678. Ici, le récit présente des animaux qui tiennent conseil et qui cherchent à déterminer lequel d'entre eux est le plus coupable pour mourir pour sauver le reste de la population de la peste.. Séquence 1 - Lecture analytique 1 « Les Animaux malades de la peste », Fables, 1678, Livre VII, fable 1 Jean de La Fontaine (1621-1675) Cette fable est un apologue (= court récit à visée didactique) Elle respecte l'idéal classique : plaire et enseigner, elle se partage en deux parties : le corps (l'histoire) et l'âme (la morale . L'idée de trouver le coupable, celui qui a amené la peste sur la communauté n'est pas sans rappeler l'épisode de la grande peste de Thèbes qui dans Œdipe-Roi de Sophocle (430 av. J.-C.) provoque la recherche de la faute monstrueuse et inconnue qui a valu à la ville la malédiction divine.

Les Animaux malades de la Peste (La Fontaine, Commentaire

Dans « Les Animaux malades de la Peste », La Fontaine raconte le rassemblement des animaux afin de trouver une solution au problème de la Peste. Axe 1 : La Peste . Les premiers vers de la Fable mettent en place une situation tragique. On retrouve le champ lexical du mal (« terreur », « crime ») mis en valeur par une accumulation.. Cliquez ici pour lire directement l'analyse de « Les animaux malades de la peste » Les animaux malades de la Peste. Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Faisait aux animaux la. C'est sur la poésie « Les animaux malades de la Peste » que s'ouvre le livre VII des Fables de la Fontaine.Cet auteur classique y souligne dans un registre satirique, l'injustice qui règne à la cour. La Fontaine n'adapte pas ici une Fable d'Esope, son modèle grec habituel, mais reprend une tradition médiévale qui met en scène le texte célèbre : la confession de l'âne