La Prison De La Santé

La Prison De La Santé


image

Voici un témoignage dont j'ai mis du temps à écrire ma critique. Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne savais pas comment commencer, que dire sur ce livre qui m'a tout de même scandalisé.Véronique Vasseur, née en 1951 est une femme médecin. Après avoir arrêté d'exercer pendant un an et demi pour se consacrer à la peinture, cette dernière, cette jeune femme a décidé d'entrer à la prison de la Santé.Ici, elle va nous livrer son quotidien… Et quel quotidien pour cette jeune femme ! Je peux vous dire qu'elle a les épaules bien larges…Effectivement, à sa parution, ce livre a eu l'effet d'une bombe, parce que Véronique Vasseur n'a pas eu peur. Elle a eu le courage de dire tout haut ce que les détenus vivent, enfermés dans leur cellule pendant parfois, des années.Ce que je retiens de ce livre c'est que ce n'est pas de la grande littérature, comme vous pouvez bien l'imaginer, mais il n'est pas fait pour ça. « Dénoncer » est le mot que je désigne pour résumer ce témoignage (comme tous les témoignages, en fait !) mais celui-ci le fait d'une manière que j'ai beaucoup appréciée.Véronique Vasseur nous dévoile les conditions de vie déplorable des détenus à la prison de la Santé, à savoir les rats qui courent de partout, la surpopulation carcérale, l'hygiène qui est plus que limite, autant pour les détenus eux-mêmes (douche, propreté dans les cellules) que pour tout ce qui concerne l'alimentation. Elle nous décrit donc les bacs de nourritures qui se trouvent à même le sol. Après, on s'étonne que certains, un peu plus faible que d'autres soient malades. Ce sont, à mes yeux, des conditions inhumaines.Mais elle dénonce aussi certains détenus, les plus durs. Ceux qui par exemple, font semblant d'être malade, pour la simple et bonne raison que le médecin de garde, qui deviendra par la suite médecin chef, est une femme dans un monde d'homme, où encore qu'ils veulent un peu de compagnie. Il y a des millions de raisons d'être malade quand on est entre les barreaux.J'ai aussi mis du temps pour rédiger mon avis sur ce livre parce que je sais très bien qu'il ne fait pas l'unanimité. Beaucoup me diront, - et je suis parfois bien d'accord avec eux, je ne défends pas tous les détenus, il y a des choses impardonnables -, que s'ils sont en prison, ce n'est pas pour rien. Je le conçois et comprends votre vision, mais je pars du principe qu'il vaut mieux que la personne ayant commis n'importe quel fait durant sa liberté soit enfermé entre quatre murs, que dehors à faire souffrir des gens…Le système carcéral a ses failles, et porte à réfléchir sur les progrès encore à réaliser, autant en matière de sécurité pour nous, pour les personnes travaillant en milieu carcéral, mais aussi pour eux, en matière de santé, comme nous le fait vivre Véronique Vasseur.Cela amène à réfléchir…

A la prison de la Santé, le Covid-19 "sous contrôle"

"Le Covid-19 est là, mais pour l'instant on contrôle": à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague constatée est[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. « La covid-19 est là, mais pour l'instant, on contrôle » : à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague . À la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague constatée est celle des nouvelles incarcérations.

A la prison de la Santé, le Covid-19 "sous contrôle

«Le Covid-19 est là, mais pour l'instant on contrôle»: à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague constatée. Un gardien de prison ferme une porte d'un couloir de la prison de la Santé à Paris, le 6 novembre 2020 Plus "Le Covid-19 est là, mais pour l'instant on contrôle": à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague constatée est celle des nouvelles incarcérations.. Des gardiens de prison vérifient les salles de visite à la prison de la Santé à Paris, le 6 novembre 2020 (AFP - BERTRAND GUAY) Face à neuf détenus réunis pour un temps d'échanges mensuel . "Le Covid-19 est là, mais pour l'instant on contrôle": à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, la seule vague constatée est celle des nouvelles incarcérations. Une puissante odeur de désinfectant se dégage à l'ouverture d'une cabine de parloir. La "brigade" de nettoyage, composée de quatre "auxis", vient de

Prison de la Santé — Wikipédia

La même décision faisait que les condamnés à mort dépendant de la Cour d'appel de la Seine (soit la Seine-et-Oise et l'Aube) devaient subir leur exécution à la prison de la Santé. Le 15 mars 1940 , les frères Vocoret, qui avaient abattu trois policiers à Issy-les-Moulineaux , furent les premiers guillotinés à l'intérieur de la prison.. A la prison de la Santé, le Covid-19 "sous contrôle" "Le Covid-19 est là, mais pour l'instant on contrôle": à la prison de la Santé, à Paris, où les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus a.... France: à la prison de la Santé, les murs ont été poussés pour isoler tous les détenus arrivants, Le site d'information sur les prisons dans le monde