Comment J'ai Vidé La Maison De Mes Parents

Comment J'ai Vidé La Maison De Mes Parents


image

Je suis assez tristement et laborieusement en train de faire ce que Lydia Flem évoque dans son récit: vider la maison de mes parents..J'ai donc pris ce livre et l'ai lu d'une traite comme un bricoleur du dimanche se jetterait sur une notice de montage de bibliothèque Ikéa, ou comme une cuisinière occasionnelle se précipiterait sur les Buffets de Sophie à l'approche d'une soirée d'anniversaire de 30 copains..;Finalement, le monteur du dimanche devant le surréalisme prononcé de la-dite bibliothèque fera appel aux services efficaces (et ironiques) d'un pro et la cuisinière occasionnelle -et cossarde- dira à ses copains d'apporter chacun leur spécialité..Le livre de Lydia Flem n'est pas un mode d'emploi ni un kit destiné à gérer (le vilain mot à la mode) le deuil... Chaque vidage de maison parentale est une épreuve personnelle: rien à transmettre, sinon des platitudes bien générales. L'enfer , comme toujours, est dans les détails. Et c'est là que le livre de Lydia Flem m'a le plus touchée: dans ce qui justement n' appartient qu'à elle.Par exemple, le trousseau magnifique de sa mère, grande perfectionniste et couturière émérite, dans une gamme de tons distingués et très classe...rien à voir avec celui de ma petite maman à moi, qui détestait faire même un ourlet, s'habillait de bric et de broc, au gré des fantaisies de ses filles, et dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.. mais ce sont les mêmes perplexités: qu'en faire? à qui donner ce qui était sa deuxième peau? ses vêtements "habités" tout à coup si vides, si insignifiants, sans elle...Qu'en faire? Les porter, ce serait une hérésie, les donner, une souffrance..Trouver qui pourrait VRAIMENT les mettre en leur donnant une autre vie...mais qui?Les lettres et papiers personnels, Lydia Flem les a archivés, jusqu'aux papiers de banque, jusqu'aux factures..quant aux "lettres d'amour en héritage" échangées par ses parents, un couple toujours amoureux et très uni, elles ont fait l'objet d'un livre, que j'ai lu aussi, il y a quelques années, quand mon père, le premier, nous a quittés...et qui m'avait convaincue, alors, de ne jamais percer , comme elle, le secret des lettres d'amour de mes parents, quelle que fût ma curiosité, parce que je savais que leur amour avait été grand, assez pour nous envelopper tous d'un habit de tendresse, et que cela me suffisait. Mais elle, Lydia Flem, était enfant unique de parents rescapés de la Shoah qui avaient toujours refusé de parler à leur fille de leur expérience traumatisante: lire les lettres c'était aussi percer un abcès, mettre fin à un silence insoutenable.Alors elle exhume ces secrets, elle met à nu le mystère de l'amour parental. Je ne me suis pas sentie capable de cette appropriation qui m'est apparue comme un viol: ma soeur et moi, le coeur serré, nous avons passé ces lettres-là à la déchiqueteuse, sans les lire...Non, décidément, ce livre n'a pas été un mode d'emploi, encore moins un mode de pensée. Et pourtant, dans la mesure où il m'a renvoyée à une expérience que je n'arrive pas encore à clore et à un adieu que je suis loin d'avoir fait, c'est un livre utile et même nécessaire.

Comment j'ai vidé la maison de mes parents. Une trilogie

Avec Comment j'ai vidé la maison de mes parents, Lydia Flem nous offre une réflexion sur la manière dont le deuil est aussi un ensemble de gestes concrets qui lui donnent une matérialité. En vidant la maison de ses parents décédés, l'auteure se plonge dans leur passé en inspectant la multitude d'objets qui les entouraient. Mais ce tri, nécessairement sacrilège, participe aussi[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. … je lis « Comment j'ai vidé la maison de mes parents » de Lydia Flem et je me retrouve face à un miroir. J'ai l'impression de me voir dans ses mots, ses réflexions, ses ressentis. C'est à la fois douloureux et bienfaisant. Je ne suis plus seule avec mes questionnements, mes regrets, ma colère et ma tristesse. . Comment j'ai vidé la maison de mes parents du 19 avril 2013 par en replay sur France Inter. Retrouvez l'émission en réécoute gratuite et abonnez-vous au podcast !

PDF Comment j'ai vidé la maison de mes parents

Comment j'ai vidé la maison de mes parents, Lydia Flem, Seuil. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction ou téléchargez la version eBook.. Comment j'ai vidé la maison de mes parents. Une trilogie familiale, Lydia Flem, Points. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction .. Comment j'ai vidé la maison de mes parents Auteur(s) : Mots clés : Lydia Flem nous fait sentir avec force l'orage émotionnel qui saisit la femme en deuil qui doit vider la maison de ses parents alors que le dernier survivant - en l'occurrence sa mère - vient de mourir. . "Comment j'ai vidé la maison de mes parents" de Lydia FLEM (Ed Seuil, 2004) fait partie de ces livres 'tranches de vie' que d'aucuns ont besoin d'écrire pour trouver la sortie du labyrinthe de leur vie, tandis que d'autres ont plaisir à les lire pour l'effet miroir que ce genre littéraire opère quasi chaque fois; miroir, heureusement

« Comment j'ai vidé la maison de mes parents », de Lydia

Francesca Capellini « Comment j'ai vidé la maison de mes parents. Une trilogie familiale », de Lydia Flem, Points, 580 p., 8,50 €. SÉPARATIONS. Tous ces articles me parlent, ô combien ! J'ai vidé la maison de mes parents, mon unique frère étant déjà décédé, bien trop jeune. Et ce sont les « noisettes » de tous que j'ai récupérées, casées tant bien que mal dans ma grande maison. Et là, je ne peux plus, ni garder, ni entretenir tant le lieu que les objets.. Achat Comment J'ai Vidé La Maison De Mes Parents à prix bas sur Rakuten. Si vous êtes fan de lecture depuis des années, découvrez sans plus tarder toutes nos offres et nos bonnes affaires exceptionnelles pour l'acquisition d'un produit Comment J'ai Vidé La Maison De Mes Parents.