Secte Les Enfants De Dieu

Secte Les Enfants De Dieu


image

Cela fait un petit moment que l'actualité ne parle plus de ces sectes dangereuses qui au nom de la foi manipulent leurs membres commentant à leur endroit manipulations psychologiques et perpétrant au nom de préceptes soi disant fixés par Jesus Christ notre sauveur des abominations.Cette histoire en est la preuve. le plus effrayant c'est que cette secte existe toujours. Continue-t-elle prôner l'amour, violentant les enfants, pratiquant l'inceste et toute autres horreurs que nous racontent les auteures, Kristina, Celeste et Juliana ?En suivant leurs différentes histoire, le lecteur est horrifié par le rôle des parents acceptant ou niant les maltraitances subies par leurs enfants.Le père au départ semble bien sympathique, aimant ses enfants jusqu'à ce que tres rapidement il accepte les monstrueuses lois communautaires.Une communauté avec pour gourou, un pervers narcissique, pédophile et proxénète.L'on a beaucoup de mal a imaginer que l'on puisse imposer des relations sexuelles à des enfants dès l'âge de 4 ans, alors que notre coeur se serre devant les abus des adultes envers des enfants de cet âge. Celeste nous narre sa vie dans la secte avec beaucoup de pudeur, Juliana et Kristina sont beaucoup précises dans leurs écrits, avec des descriptions détaillées de ceux qu'elles ont subi sexuellement. Le lecteur est surpris par l'amour inconditionnel qu'elles portent à leur père, l'adulte qui aurait du les protéger. L'on reste aussi étonné de leur maturité d'esprit précoce, comprenant très tôt que l'inceste, les relations sexuelles imposées sont contre nature. Surprenant aussi que cet esprit rebelle se retrouve chez plusieurs personnes de la fratrie, tout comme les souvenirs datant de l'âge de 3 à 4 ans. J'ai si peu de souvenirs de cette époque, que je m'interroge. Par l'intermédiaire de cette lecture (eh oui je me suis documentée) l'on apprend que les membres de la Famille Royale, statut que s'est octroyée ce sociopathe de David Berg, le gourou, ont eux même vécu un véritable calvaire, Aaron un de ses fils s'est suicidé, sa fille Deborah a quitté la communauté et écrit un livre et Davidito à l'âge adulte a assassiné sa nourrice qui avait avait abusé de lui et s'est ensuite suicide à son tour ( on trouve sur le net la vidéo qu'il a faite et qui explique ce meurtre suicide)Cette biographie est donc très intéressante et en cherchant toujours des complètements d'infos, j'ai découverts une liste d'anciens membres de la secte, dont certains acteurs assez connus pour ne citer que Rose McGowan de la série Charmed. Ce qui nous donne à croire que l'espoir existe et que l'homme est résilient ce qui lui permet de s'en sortir.Les 3 soeurs nous offrent un témoignage bouleversant de la folie sectaire et de le conditionnement qu'elles sont subies et combien il est difficile de sortir de cercle infernal. On ne peut qu'admirer leur courage et la volonté farouche de la mère qui éloignée De La Famille et de son compagnon malfaisant a pu enfin "reprendre ses esprits" et ses enfants combatifs malgré l'endoctrinement qui ont permis très tôt de comprendre l'immoralité des règles abusives de la secte.Cependant le lecteur reste sous le choc, comment une telle secte peut elle encore exister malgré la mort de David Berg sans être inquiété malgré les témoignages des enfants maltraités ? On ne peut qu'espérer que cette histoire bouleverse un peu l'ordre établi et que justice soit faite avec ce livre témoignage. Bref difficile d'attribuer une note à ce roman autobiographique. Lien : http://missneferlectures.ekl..

Secte des Enfants de dieu | ministère du mystère

La secte des Enfants de Dieu > Tweeter Partager par email Exporter Ajouter aux favoris Ajouter à ma playlist La secte des Enfants de Dieu F2 Le Journal 20H. video 09 juin 1993 1959 vues 02min 11s. Extrait d'une enquête du magazine "Envoyé Spécial" : d'anciens adeptes de la secte "Les enfants de Dieu" dénoncent les pratiques auxquelles se livrent les adultes sur les enfants, et dévoilent[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. http://bit.ly/inasociete 9 juin 1993 Extrait d'une enquête du magazine "Envoyé Spécial" : d'anciens adeptes de la secte "Les enfants de Dieu" dénoncent les p... . La dissolution des Enfants de Dieu, en décembre 1978, en France et dans d'autres pays, provoque un exode massif vers l'Amérique du Sud, les Indes et l'Extrême-Orient. Cette disparition est de courte durée, car dès janvier 1979, le mouvement reprend ses activités en tant que Famille d'Amour.

Les enfants de Dieu : cette secte qui vous convertit d

Témoignage de Myriam Declair, ex-adepte des Enfants de Dieu (La Famille Internationale), auteur de « De l'enfer à l'endroit : j'ai passé 10 ans dans une secte », (version papier) et de « Se libérer d'une secte : récit, conseils et prévention » (version révisée en format électronique). Les Enfants de Dieu seront officiellement dissous en France en 1978 mais officieusement, la secte subsiste encore à travers des noms différents. Son dirigeant, Berg, se réfugie en Asie où il a continué son activité. Il est décéde en 1994.. La secte protestante des enfants de Dieu contraste avec le rigorisme de cette branche de la Chrétienté. . 10 juin 1993 Neuf personnes appartenant à la communauté Famille d'amour (ex Enfants de Dieu dissoute) ont été mises en examen pour incitation de mineurs à la débauche. Reportage avec

Bienvenue chez Les Enfants de Dieu, une secte pédophile et

Dirigée par Moïse-David, la secte des Enfants de Dieu fait froid dans le dos. En terme de sectes, il semblerait qu'on arrêtera jamais le progrès… Cette fois-ci, on va vous parler des Enfants de Dieu, une secte créée en 1968 par un certain David Berg et consiste en une « religion » à forte tendance pédophile et proxénète.. C'est en 1968 que David Brandt Berg a créé Les Enfants de Dieu. Persuadés qu'une comète allait détruire les Etats-Unis, ses adeptes se réfugient en France en 1974. Mais, découvrant ses agissements.... Les Enfants de Dieu. Moïse David, de son vrai nom David Berg, a fondé la secte Les Enfants de Dieu aux Philippines après avoir été chassé des États-Unis, relève Vanity Fair. Le gourou