Portrait D'adele Bloch-bauer

Portrait D'adele Bloch-bauer


image

Le Baiser est l'oeuvre picturale la plus connue de Gustav Klimt dans le monde. Avec le portrait de la Dame en or – Adèle Bloch-Bauer. Cette Adèle a intrigué Valérie Trierweiler au point de lui consacrer un livre, fort plaisant, bien écrit et foisonnant d'informations sur cette époque à la fois trouble et grandiose marquant Vienne à la charnière du XXe siècle.Les arts, architecture, peinture, littérature, musique, ainsi que les sciences humaines, médecine et psychanalyse et les idées sociales révolutionnent peu à peu les habitudes pompeuses et grabataires modelées par l'Empire austro-hongrois. Vienne, la majestueuse, regorge de créateurs, de chercheurs, de réactionnaires qui s'expriment à qui mieux-mieux dans les cafés ou les salons mondains.L'appartement des Bloch-Bauer est l'un des endroits où Sigmund Freud rencontre Arthur Schnitzler, où Gustav Mahler bavarde avec Gustav Klimt, où Stefan Zweig côtoie Rainer Maria Rilke. Ferdinand Bloch-Bauer s'enrichit considérablement dans l'industrie du sucre. Il épouse Adèle et n'a de cesse de la gâter d'autant plus qu'elle a perdu deux enfants à la naissance, ce qui la rend inconsolable. Ainsi commande-t-il au célèbre Gustav Klimt, à l'apogée de son art, un portrait de sa femme tant aimée.C'est ici que commence le roman de Valérie Trierweiler qui se veut d'amour et de passion. Elle crée cette passion entre Klimt et son modèle sur base de déclarations de la nièce d'Adèle et sur le fait qu'en dehors de sa maîtresse, Emilie Flöge, le peintre refusait de se servir deux fois du même modèle. Or, il existe bien deux tableaux d'Adèle Bloch-Bauer (1907 et 1912).Il fallut trois ans à Klimt pour achever le portrait d'Adèle, la Dame en or, et donc trois années de séances de pose et de discussions sans fin entre le peintre et son modèle. Car Adèle, grande bourgeoise, s'ennuie beaucoup chez elle et, poussée par sa soeur Thérèse (épouse du frère de Ferdinand Bloch), commence à s'intéresser à l'immigration de ces Juifs de l'Est chassés par les pogroms, qui s'entassent dans les bas-quartiers de la ville. A l'émancipation féminine lancée par les suffragettes anglaises, aux inégalités hommes-femmes et à la dislocation de plus en plus évidente de l'Empire. L'occasion de poser pour cet homme éminent, fils d'orfèvre, reconnu très jeune pour ses talents de peintre-décorateur, influencé par les mosaïques byzantines de Ravenne, marqué par le symbolisme et par l'Impressionnisme français, ne pouvait que sensibiliser la nature éprise d'esthétisme et de nouveauté de la jeune femme. Co-créateur de la Sécession viennoise, Gustav Klimt voulait promouvoir la peinture autrichienne et les arts plastiques au niveau international en rompant avec l'académisme et le classicisme immuables. L‘une des collaborations les plus caractéristiques de cet enrichissement artistique est la Frise Beethoven peinte par Klimt sur la Neuvième Symphonie jouée par Gustav Mahler, vue par le grand musicien comme l'aspiration au bonheur de l'humanité. Adèle, comme beaucoup de femmes, et particulièrement à Vienne chez les femmes juives, souffrait de migraines et de mélancolie. L'auteure aurait pu développer le sujet puisqu'elle évoque Freud et la découverte de la psychanalyse. A mon sens, le plus intéressant n'est pas cette passion hypothétique mais tout ce qui entoure cette Europe tourmentée en ce début de XXe siècle. le livre aurait gagné à s'attarder sur ces remous de l'Histoire mais le parti pris de l'auteure était d'écrire sur la passion entre le peintre et son modèle et je respecte ce choix.Adèle meurt de méningite à 44 ans en 1925, son mari est spolié de ses biens par les nazis et meurt dans la misère. Valérie Trierweiler s'est intéressée au destin douloureux d'Adèle Bloch-Bauer suite à l'acharnement de la nièce d'Adèle qui procéda contre l'Etat autrichien pour récupérer les tableaux volés par les Allemands lors de la Deuxième Guerre mondiale. Procès qu'elle finit par gagner. le tableau de la Dame en Or se trouve à présent à la Neue Galerie de Ronald Lauder à New York, spécialiste des oeuvres allemandes et autrichiennes du début du XXe siècle.Ce livre m'a permis de me remémorer un spectacle grandiose que j'ai vu en 2014 dans les Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence sur Klimt et Vienne. Sur les murs et les sols de calcaire blanc défilaient, non pas en diaporama, mais en s'entremêlant dans un enchaînement d'images numériques par thèmes, les oeuvres de Klimt et de son élève Egon Schiele, notamment. Des détails des tableaux étaient agrandis, rapprochés, formant de nouveaux tableaux émouvants et surprenants. Spectacle rehaussé par des musiques de Mahler, de Strauss et de Wagner. Tout à fait extraordinaire et inoubliable.Mille mercis à Kielosa pour ce cadeau distrayant qui m'a replongée dans les tableaux d'or, dans les arbres stylisés et la nature fleurie que chérissait Klimt et dans la créativité de cette époque Art Nouveau et Jugendstil tellement emblématique.

Portrait of Adele Bloch-Bauer 1, 1907 by Gustav Klimt

This "golden style" depiction of Adele Bloch-Bauer is arguably Klimt's most famous portrait. She was the only sitter that Klimt painted twice in full-legth. Klimt received the commission in 1903 but did not complete the painting until 1907, when it was presented in Mannheim that same year. Klimt executed hundreds of preparatory sketches in preparation for the final composition and tried posing[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Le tableau "le Portrait d'Adèle Bloch-Bauer" de Gustav Klimt a été dérobé mais heureusement, les espions de Nuit secrète au musée ont réussi à le retrouver ! Decouvrez les secrets de . The Portrait of Adele Bloch-Bauer 1 by Gustav Klimt eventually found its way to Vienna's Austrian Gallery at Belvedere Palace where it became a symbol of Vienna's Golden Age and a national treasure. For the majority of Maria's new life, she believed the painting to be the rightful property of the Austrian government.

Portrait of Adele Bloch-Bauer I

Ownership. Adele Bloch-Bauer was the wife of Ferdinand Bloch-Bauer, a wealthy industrialist who sponsored the arts and supported Gustav Klimt. Adele Bloch-Bauer was the only person whose portrait was painted twice by Klimt; she also appeared in the much more famous Portrait of Adele Bloch-Bauer I.Adele's portraits had hung in the family home prior to their seizure by the Nazis during World War II.. The influence of Egyptian art on Klimt is undoubtedly at work in this portrait of the wife of the industrialist Ferdinand Bloch-Bauer. He twice commissioned Klimt to paint a portrait of Adele. This painting, made at the height of Klimt's career, prompted critics to coin the phrase 'Mehr Blech wie Bloch', a pun meaning more brass (i.e., money. Portrait d'Adele Bloch-Bauer I — Artiste Gustav Klimt Année 1907 Technique Huile, or et argent sur … Wikipédia en Français. Adele Bloch-Bauer II — is a 1912 painting by Gustav Klimt. Adele Bloch Bauer was the wife of Ferdinand Bloch Bauer, [Born Ferdinand Bloch, the son of David Bloch (also known as Abraham Bloch), a banker and sugar . Gustav Klimt (1862-1918) (after) Portrait of Adele Bloch-Bauer Facsimile on paper imitating the texture of Klimt's sketchbooks The sheet comes with a vellum mat 59 x 41 cm Unsigned Edition published in 1964 by Akademische Druck und Verlagsanstalt Graz-Wien in Vienna. In excellent condition, slightly wavy sheet (see pictures) Professional packing and international shipping with track & trace

Portrait of Adele Bloch-Bauer I, 1907 - Gustav Klimt

Portrait of Adele Bloch-Bauer I (also called The Lady in Gold or The Woman in Gold) is a painting by Gustav Klimt, completed between 1903 and 1907.The portrait was commissioned by the sitter's husband, Ferdinand Bloch-Bauer (de), a Jewish banker and sugar producer.. Upon becoming acquainted with Adele Bloch-Bauer, a wealthy society woman and hostess of a renowned Viennese Salon at the beginning of the twentieth century, one can easily understand why art and life seemed to blend together in her eyes. She has been eternalized by the famous Austrian artist Gustav Klimt (1862-1918) in two majestic portraits (1907 and 1912), and possibly also in an allegory. The more famous Portrait of Adele Bloch-Bauer (1907), nicknamed Woman in Gold for its dazzling use of lustrous gold embellishments, is a prime example of the artist's "Golden Style." It was